09 53 80 67 15 - Etablissement d'enseignement supérieur privé- L'iconograf, 91B route des romains 67200 Strasbourg info@liconograf.com

LE TOURISTE À RHODES – DÉCOUPAGE

DÉCOUPAGE

Sujet : Le touriste à Rhodes.

L’exercice consiste à réaliser une courte séquence de 7 images, dont voici la description case par case :

1. Il est 16 heures, en plein mois d’août. La ville est plombée par la chaleur méditerranéenne, elle est déserte.

2. Déserte ? Pas tout à fait. Seul, en plein soleil, un touriste inconscient arpente les rues.

3. Un petit bruit, ou quelques paroles, attirent son attention (rires, onomatopées, musique ou paroles au choix suivant l’image finale).

4. Appareil photo en main, il s’approche très doucement et très précautionneusement de l’endroit d’où provient le « bruit » (par exemple, du portail à droite sur le document).

5. Sourire amusé, il se met en position pour prendre une photo.

6. Un cri (bruit ou autre) monstrueux lui perce les tympans.

7. Libre (trouver une chute humoristique, fantastique, poétique, etc.).

Accessoires utiles :

  • Appareil photo.
  • Sac en bandoulière.
  • Sac à dos.
  • Sac banane.
  • Casquette.
  • Etc…

 

Croquis intéressants à réaliser :

  • Attitudes générales.
  • Gestes.
  • Expressions du visage.
  • Détails vestimentaires.
  • Interprétation du document photographique.

Objectifs  et intérêts de la séquence :

1. Le découpage de l’action étant imposé et les angles de vue étant limités par les lieux, l’exercice se focalise sur le choix des plans (plan d’ensemble, général, moyen, gros plan) et donc, sur la compréhension du « zoom » avant/arrière (pour mieux apprécier la « valeur » des plans, on peut faire en sorte que les images soient à peu près de même dimension).

2. Les problèmes de choix de la représentation d’un bruit (bulles, typos, textes off, etc.).

3. Comment interpréter un document photographique ? (C’est à dire, choisir les détails à conserver, types de simplification, ambiance, cadrage du décor, couleurs, etc.)

Intérêt pour les illustrateurs non séquentiels :

Le choix du plan est présent dans tout type d’illustration jusqu’au livre pour enfants, c’est donc un exercice de base pour la compréhension des plans dans l’image narrative en général.

Intérêt pour les illustrateurs de dessins didactiques :

Manuels d’utilisation comportant plusieurs phases et des changements d’échelles (usine, machines, etc.).

Intérêts de la séquence :

  1. Le découpage de l’action étant imposé et les angles de vue étant limités par les lieux, l’exercice se focalise sur le choix des plans: (plan d’ensemble, général, moyen, gros plan) et donc sur la compréhension du  » zoom  » avant/arrière
    (pour mieux apprécier la « valeur » des plans, on peut faire en sorte que les images soient à peu près de même dimension)
  2. Les problèmes de choix de la représentation d’un bruit (bulles, typos, textes off, etc…)
  3. Comment interpréter un document photographique (c’est à dire, choisir les détails à conserver, types de simplification, ambiance, cadrage du décor, couleurs, etc…)

Intérêt pour les illustrateurs non séquentiels :

Le choix du plan est présent dans tout type d’illustration jusqu’au livre pour enfants, c’est donc un exercice de base pour la compréhension des plans dans l’image narrative en général.

Intérêt pour les illustrateurs de dessins didactiques :

Manuels d’utilisation comportant plusieurs phases et des changements d’échelle (usine, machines, etc…)

Réalisation de l’étudiant

envoi_01

Les commentaires de l’iconograf

Ton image n’est pas réalisée définitivement. Mais pas de problèmes, surtout que ceci est un sujet de découpage et donc nos remarques vont te permettre d’améliorer ta mise en scène pour réaliser l’image finale.

Première remarque : Tu as bien compris le principe général du sujet ; ton décor traduit bien l’atmosphère du document photographique et ton personnage est bien un  » touriste « , il est clairement identifiable et lisible. Malgré les problèmes de plans que nous détaillerons plus loin, nous avons compris ton sketch : En tant que lecteur, on pense que le touriste surprend une scène  » amoureuse  » alors qu’en définitive, il surprend une dame en train de nourrir un lion !

Alors qu’est ce qui ne va pas ?

reponse11. À quoi servent les voitures ? Est-ce bien là une ville  » déserte  » ? Ce n’est pas parce qu’elles sont sur le document qu’il faut obligatoirement les dessiner !
2. Quand le lecteur passe à la deuxième image, il regarde dans le sens opposé à la première image, (tu as fait ce qu’on appelle un Champ/Contre champ) ! Alors,
· Soit tu as une raison de le faire mais, dans ce cas, ce mouvement de  » caméra  » n’est pas assez lisible,
· Soit il n’y a pas de raison et ce mouvement de  » caméra  » est inutile.
C’est d’ailleurs ce que nous pensons : Le portail à droite se retrouve soudain à gauche, et à notre avis, ça déroute inutilement la lecture. Pourquoi ne pas reprendre un bout du décor de la case 1, ça renforcerait l’idée que, dans cette ville, rien ne trouble la quiétude de l’après midi, si ce n’est ce  » touriste  » qui apparaîtra dans le même décor !
3. Attention à la coïncidence malheureuse de la tête du touriste et du panneau rond attaché au mur !

reponse21. Il est supposé  » entendre  » un petit bruit , là, désolé, mais il  » voit  » quelque chose ! et le  » petit  » bruit est quasiment un cri !
2. et après, tu changes encore de plan ! On a plutôt l’impression qu’il se retourne subitement !
3. Là, tu cadres en plan américain, on ne voit pas ses pieds alors que le scénario nous dit qu’il  » avance précautionneusement  »

reponse3

1. Est-ce le plan le plus judicieux ? La caméra a encore changé de place et nous ne pouvons pas voir son  » sourire  » dont parle pourtant le scénario.
2. Le cri… Objectivement, il occupe la même surface que la tête du personnage auquel il est censé faire peur ! Le cri et la tête sont juste de force égale, ils s’annulent !

reponse4

La chute à présent : D’abord on ne sait pas bien où on est, ça manque de repères, on voir clairement les cotés de la porte cochère. Est-ce bien ce qu’à vu le photographe ? Comment en être sûr ?
2. Que fait la femme, ce n’est pas lisible du premier coup, or ici, c’est la chute de l’histoire, elle doit donc être lue en quelques secondes, voir moins ! Le morceau de viande pourrait comporter un os, par exemple.
Le lion n’est pas très menaçant. Comment a-t-il pu rugir auparavant ?
3. Nous voyons un effet qui pourrait renforcer la chute, pourquoi ne pas faire ton histoire en deux pages ? ; les six premières images sur la première page avec un suspense à son comble en bas de page, et la chute en grand, sur la page suivante. Une grande image permettra de bien comprendre le lieu et elle signifiera à coup sûr rien que par la mise en page, que l’histoire se finit là.

Ce n’est pas parce que nous avons proposé 7 cases qu’il faut les faire en une page ! Il ne faut pas hésiter à changer des choses si l’on a une raison de narration pour le faire.

Bonne chance à toi pour la réalisation finale.

La réalisation définitive de l’étudiant

La réalisation définitive de l étudiant pour le touriste à Rhodes.

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter !

You have Successfully Subscribed!