09 53 80 67 15 - Etablissement d'enseignement supérieur privé- L'iconograf, 91B route des romains 67200 Strasbourg info@liconograf.com

Où placer la lumière? (2. sur le personnage)

Re-vaste question !

Par exemple, on pourrait supposer qu’en appliquant un éclairage par en dessous, on rend son personnage inquiétant (image 1).

lumiere C’est souvent vrai, mais regardez les deux images suivantes, d’abord l’éclairage est de face (ce qui le rend “livide”) puis l’éclairage vient d’au-dessus, et il n’en est pas moins inquiétant pour autant!…
Ce qui montre qu’une fois de plus les choses ne sont pas aussi simples…
Chaque variante donne une autre impression, met l’accent sur telle ou telle partie du personnage.

lumiere

# Regardez comme un fond sombre et un éclairage de face rapetissent le personnage, (toute dernière vignette en bas) et comme un contre-jour sur un fond bien clair rend le personnage plus grand (juste au-dessus)…

# Faites circuler la lumière pour ne pas avoir votre personnage “coupé en deux” (comme par exemple sur le bas du personnage, avant-dernière vignette, en bas).

# Si l’éclairage principal est à gauche, rajouter un peu de lumière venant de la droite pour bien dégager les volumes… (première vignette en bas)

# Parfois, ce sont les avants plans qui se découpent en clair sur un fond sombre, parfois c’est l’inverse…

Le tout n’est pas de trouver “un truc”, le tout est de trouver l’éclairage qui, dans VOTRE histoire, dans VOTRE découpage, dans VOTRE mise en scène, dans VOTRE image fonctionne le mieux, traduit le mieux vos intentions…

Comme d’habitude, il n’y a pas de recettes et c’est ce qui fait le charme de ce “métier”…
Encore une fois, il ne s’agit en aucun cas de reproduire la réalité.
Le but n’est pas de se rapprocher de la réalité visible (réalisme pour le réalisme, 3D, etc…)
La réalité raconte… la réalité, point final.
Dans une image narrative, l’ambition est tout autre: il s’agit de raconter “plus” que la réalité, servir un récit… emporter le lecteur… De produire non pas du “vrai”, mais du “vraisemblable”… ce qui laisse le passage grand ouvert pour que votre imaginaire puisse jouer avec celui du lecteur !